10 astuces pour rédiger un mémoire ou un TFE d’exception

    Rédiger un mémoire, rédiger un TFE ou rédiger une thèse
    Rédiger un mémoire ou rédiger un TFE, c’est voir le bout du tunnel, c’est la dernière ligne droite vers la sortie ! Que de nuits blanches en perspectives, que de belles rencontres, que de bonnes lectures. Mais ne perdons pas le nord, soyons efficaces !

    Table of Contents

    #1 Le choix du sujet, visez plus haut !

     Selon les études entreprises, vous serez amené à choisir un sujet de fin d’étude ou pas. Si cette option se présente à vous, choisissez un sujet qui vous intéresse. Parce que pendant des mois, vous allez être obligés de vous y intéresser. Et si le sujet ne vous plaît pas à la base, vous risquez de vous épuiser entre ce travail et les échéances des autres cours qui continuent.

    Un autre aspect est la quantité d’informations disponibles sur le sujet. Il s’agit bien de rédiger un mémoire ou de rédiger un travail de fin d’étude, parce que rédiger une thèse de doctorat demande plutôt quelques années. Vous devrez bien sûr apporter vos propres résultats de recherche, mais vous pourrez comparer l’existant avec vos résultats.

    Pour aller encore plus loin, si vous en avez la possibilité, voyez si un sujet ne pourrait pas vous servir de rampe de lancement pour un emploi. Votre carte d’étudiant vous ouvrira bien des portes, qu’il sera difficile de rouvrir quand vous n’aurez plus ce statut.

    Télécharge ce Workbook, une véritable mine d’informations pour ceux qui entament la rédaction d’un mémoire ou d’un TFE. (clique sur l’image)

    #2 Comment trouver des idées ?

    Vous allez devoir trouver des idées par exemple pour trouver le sujet de votre travail, ou pour trouver une manière de le rédiger, ou pour définir le plan. Quelle qu’en soit la raison, le mindmapping ou carte mentale est une arme redoutable.

    La démarche est la suivante.

    1. Prenez une feuille devant vous, placez-la en format paysage.
    2. Ensuite, indiquez le sujet de vos préoccupations au centre de la feuille.
    3. Noter tout autour les mots qui vous viennent à l’esprit.
    4. Établissez des liens entre tous les mots que vous avez notés.

    Vous pouvez aussi entreprendre une démarche plus guidée.

    1. Prenez une feuille devant vous, placez-la en format paysage.
    2. Ensuite, indiquez le sujet de vos préoccupations au centre de la feuille.
    3. À partir du mot, dessinez des branches et notez les grandes questions clés : qui, quoi, où, quand, comment, combien, pourquoi (QQOQCCP)
    4. Au bout de chaque branche, notez les idées qui vous viennent.
     

    Cette première étape vous permettra de mieux définir la question de départ.

    #3 Le choix de l’équipe qui va vous soutenir, vos sponsors

    Fiez-vous à votre intuition. Si l’un des protagonistes ne semble pas partager votre mode de vie, vos plats préférés ou les idées que vous voulez développer dans votre travail, un seul mot, FUYEZ tant qu’il est encore temps ! Dans le monde impitoyable de la formation, c’est toujours le même côté qui détient le bic rouge. 

    Et ne pensez pas pouvoir faire changer d’avis ces éminences, elles sont plutôt têtues, c’est pourquoi elles ont ce poste. C’est ce que j’aurais dû faire avant de rédiger les premières lignes de mon mémoire.

    #4 Renseignez-vous sur le produit fini

    Avant d’aller plus loin, interrogez-vous sur la forme que doit avoir votre travail. Combien de pages ? Combien de caractères ? Quelle place pour l’introduction, la conclusion ?

    N’hésitez pas à aller chercher un travail des années précédentes, encore mieux si vous en obtenez un de votre équipe de sponsors. Toutefois, n’en faites pas votre religion. Même si vous estimez que votre travail est mieux fait, ce n’est toujours pas vous qui disposez du bic rouge … Toutefois, vous aurez un bon aperçu des attendus.

    À bannir de toute façon, c’est le plagiat !! Rédiger un TFE pour sortir bachelier, rédiger un mémoire pour sortir masterisé ou rédiger une thèse pour obtenir le titre de docteur vous obligent à vous centrer sur vous-même ! Plagier en fin de cycle revient à nier vos compétences acquises pendant vos (longues) années d’étude !!

    #5 Définir la problématique

    Une fois la question de départ définie avec vos sponsors, vous aurez besoin de temps pour déterminer une problématique liée à cette question de départ. Ce temps, vous allez le consacrer à l’exploration, pour en savoir plus sur le sujet, grâce à des lectures et/ou des entretiens exploratoires. Comptez deux mois pour cette étape. 

    Prenez des notes, mais ne passez pas encore à la rédaction pour ne pas biaiser votre esprit. Restez ouverts à toutes les suggestions et propositions.

    À l’issue de cette démarche, vous devriez pouvoir définir une problématique et un cadre théorique, toujours en accord avec vos sponsors. Attention, veillez à ce qu’ils soient d’accord entre eux.

    J’ai en effet vécu cette expérience douloureuse, durant laquelle des professeurs pourtant renommés, ont voulu régler leur désaccord pendant la défense. Leur malentendu allait bien au-delà de ce que je présentais dans mon travail, mais la note finale s’en est ressentie malheureusement.

    #6 Comment construire un empire ?

    Pour la partie empirique, ne réinventez pas la roue … prenez une théorie qui existe déjà. Au pire, mêlez deux théories entre elles. Mais à moins que de faire un mémoire exclusivement théorique, abandonnez l’idée de dépasser les théories existantes. Je sais, je m’y suis cassée les dents. 

    En plus, vous risquez de vexer votre équipe de sponsors, qui n’auront pas eu l’idée avant vous, ou pire, votre nouvelle théorie restera à jamais incomprise et votre modèle ne sera même pas examiné. 

    L’avantage de démarrer sur de l’existant est aussi que vous disposerez d’un cadre théorique clair et précis avant d’aborder la recherche sur le terrain.

    #7 Sachons chercher le chat …

    La partie pratique est souvent la plus agréable à travailler. On y mêle des interviews d’experts, de gens de terrain, et l’analyse se fait assez naturellement. Profitez-en pour nouer des contacts avec des professionnels et commencer à bâtir votre réseau.

    Malgré un cadre théorique solide, dans les faits, vos recherches entraîneront des questionnements qui alimenteront vos apports théoriques. La construction du travail sera spiralaire, la théorie enrichira la recherche et vice-versa. 
     

    Le piège est de ne jamais arrêter de vouloir améliorer l’une ou l’autre partie. 

    #8 En conclusion

    Votre conclusion comprendra deux parties. Une première partie dégagera les grandes lignes de la théorie et de la recherche. Attention de ne pas utiliser texto les synthèses développées dans le travail, et de veiller à aller à l’essentiel, sans apporter d’élément neuf. Tout un art.

    Une seconde partie envisagera le futur et dégagera les implications possibles de vos résultats théoriques et pratiques. Votre TFE, mémoire ou thèse est bientôt terminé !

    #9 Et toutes ces petites fioritures qui font de votre travail un chef d’œuvre

    Les remerciements se placent en première page, juste derrière la page blanche et la couverture. Elle n’est pas numérotée ! Remerciez d’abord ceux qui vous cotent (ben oui …), vos sponsors (les parents? l’entourage?) et les belles rencontres lors de vos recherches (attention à conserver l’anonymat si nécessaire). Et voyez loin devant vous, si vous voulez remercier quelqu’un qui a compté dans le travail et qui pourrait vous amener à un job, vous marquez des points. Rédiger un mémoire ou un TFE peut s’avérer un véritable tremplin, ne laissez rien au hasard
     

    Votre table des matières doit être irréprochable ! Et les tables de matières les plus efficaces tiennent sur une seule page. Au besoin, réduisez le nombre de niveaux visibles. 

    Les hauts de page contiennent souvent le titre du chapitre concerné. Et les bas de page contiennent les numéros de page et les notes de bas de page. 

    Bref, votre travail doit être professionnel, pas d’amateurisme en la matière ! 

    Suivre une formation Word ?

    Voyez avec Abraham Lincoln 😉 

    « Que l’on me donne six heures pour couper un arbre, j’en passerai quatre à préparer ma hache. »

    Abraham Lincoln

    #10 La défense orale

    Dernière ligne droite, à soigner autant que le reste ! Ce serait stupide de rater la dernière marche !

    Vérifiez bien les consignes avant de démarrer. Elles dicteront votre conduite. Restez dans les cordes, et répondez aux exigences édictées. Si vous vous en éloignez, sachez vous justifier.

    À la base, comme pour toute bonne présentation, peu de slides, mais percutant. Quelques illustrations et effets spéciaux seront les bienvenus, mais qu’ils ne gâchent pas l’essence de votre message.

    Les slides ne doivent pas être trop chargés, inutile de vouloir présenter un tableau de cinq lignes et cinq colonnes. Si vous présentez un tableau, mettez en évidence, au fur et à mesure de l’avancée de votre discours, les éléments dont vous parlez. Même chose si vous utilisez une liste à puces, faites-les défiler au rythme de votre discours.

    Et surtout, répétez, répétez, répétez et chronométrez, chronométrez … jusqu’au résultat attendu !!

    Une véritable mine d'informations

    Si toi aussi tu t’apprêtes à devoir rédiger un TFE, si toi aussi tu vas devoir rédiger un mémoire, voire une thèse …
    Tu te poses certainement un tas de questions, je me les suis aussi posées, mais je n’ai eu les réponses qu’après avoir effectué le travail !!
    Ne commets pas la même erreur !
    Ne laisse pas passer ta chance !
    Télécharge ce véritable cahier de travail (Workbook)  ! (clique sur l’image)

    Bon travail !

    Vous pourriez être intéressé(e)e par :

     

      J’espère que ces quelques conseils, que j’aurais aimés recevoir avant mes études, vous aideront dans votre parcours.

     

    N’hésitez pas à laisser un petit commentaire pour partager vos trucs et astuces, j’intégrerai les meilleurs d’entre eux dans cet article.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *